Pueblo Mapuche en Chile: criminalización de los dirigentes y proyectos de inversiones de las sociedades transnacionales

En materia de derechos humanos, Chile vive desde hace más de veinte años un aumento de movilizaciones de los pueblos indígenas para el respeto de sus derechos a la tierra, a los recursos naturales y al reconocimiento de parte del Estado. El pueblo Mapuche se enfrenta directamente con los proyectos de inversiones de las sociedades transnacionales en los sectores hidroeléctricos y de la industria forestal.

Durante el 39° periodo de sesiones del Consejo de Derechos Humanos, la Relatora especial sobre los derechos de los pueblos autóctonos, Victoria Tauli-Corpuz, ha presentado un estudio temático sobre las agresiones contra los activistas indígenas.

Ella concluye en su informe que

« los proyectos de desarrollo en gran escala son los principales factores que impulsan la intensificación de los ataques y la criminalización respecto de los pueblos indígenas. Ha de cesar la frecuente ejecución de dichos proyectos sin la celebración de una auténtica consulta ni la adopción de medidas para obtener el consentimiento libre, previo e informado de los pueblos indígenas interesados. »

El Centro Europa Tercer Mundo, en colaboración con el Comité Ético Contra la Tortura y el Colectivo Nueva Generaciones Chile, ha presentado una declaración escrita sobre el fenómeno de la criminalización de las luchas reivindicativas del pueblo Mapuche en Chile.

De hecho,

« la constante negativa de parte de las empresas forestales y del Estado a las demandas legítimas del pueblo Mapuche tiene como consecuencia la depredación de espacios territoriales asociados al hábitat necesarios a la reproducción de la cultura Mapuche, la explotación indiscriminada de los recursos en tierra y agua y una política de criminalización con procesos concretos de montajes hacia organizaciones y liderazgos con el objeto de desarticular el movimiento Mapuche.»  

La declaración menciona además que el gobierno chileno utiliza una ley antiterrorista, herencia de la dictadura militar, para reprimir a los dirigentes Mapuche y criminalizar las demandas legítimas de su pueblo. El Consejo de derechos humanos fue informado que en septiembre del 2017 se utilizó la ley antiterrorista para acusar al portavoz de la Coordinadora Arauco Malleco, Héctor Llaitul, con un montaje de falsas pruebas de la parte de los servicios de inteligencia sobre un presunto tráfico de armas entre Chile y Argentina.

Héctor Llaitul habría tenido que estar en Ginebra para presentar su caso ante el Consejo de derechos humanos, acreditado por el Cetim e invitado por el Colectivo Nuevas Generaciones Chile, y reunirse con la Relatora especial sobre los derechos de los pueblos indígenas. Su solicitud de pasaporte del 30 de julio de 2018 no ha sido aún tramitada, su derecho constitucional de libre tránsito no fue respetado. Esta situación fue denunciada en la intervención del Cetim el miércoles 19 de septiembre, durante el debate interactivo con la Relatora especial.

El día mismo, en la mañana, el Cetim intervino acerca del debate sobre la inclusión de los pueblos autóctonos a la Agenda 2030 por el desarrollo durable. Hemos manifestado nuestra inquietud de que

« el Estado chileno podría retirarse del Convenio 169 (de la OIT), decisión que representaría una regresión de los derechos de los pueblos indígenas en Chile y en América latina. » (video youtube)

La criminalización de las demandas legítimas de los pueblos indígenas, en un contexto de lucha contra los proyectos de las sociedades transnacionales, es una problemática mundial que compromete la responsabilidad de los Estados. Chile no es una excepción en este fenómeno preocupante de agresión contra el pueblo Mapuche. La solución pasa necesariamente por la búsqueda de caminos políticos que impliquen todos los actores del conflicto, incluso los sectores injustamente estigmatizados.

Interpelamos el gobierno chileno a asegurar la protección de los dirigentes indígenas, en conformidad con los compromisos internacionales en materia de derechos humanos.

Publicités

Droits du peuple Mapuche au Chili bafoués de NGChili (fr-es)

Mapuche casa_pintada_small.jpgCOMMUNIQUE DE PRESSE

Nouvelles Générations Chili – GENEVE

Droits du peuple Mapuche au Chili bafoués

Mardi 28 aout était émis le rapport préliminaire annuel de la rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones. Celui-ci sera présenté mercredi 19 septembre 2018 au sein de la 39ème session du Conseil des Droits Humains aux Nations Unies, Palais des Nations, 1211 Genève. L’auteure, Victoria Tauli-Corpuz, traite la thématique de la criminalisation des peuples autochtones et particulièrement du peuple Mapuche vivant au sud du Chili et de l’Argentine.

Ce rapport annuel met en avant, au paragraphe 46, la répression de l’Etat chilien envers le peuple Mapuche par le biais d’une campagne de criminalisation, à travers l’application de la Loi Antiterroriste 18.314, loi qui rappelons sanctionne les actes terroristes ainsi que la collaboration avec ce type d’activités. Plus particulièrement, cette loi au Chili permet une incarcération préventive jusqu’à deux ans, l’utilisation de témoins à visage caché et la restriction aux mesures de protection. D’ailleurs, plusieurs organismes internationaux et régionaux ont demandé à plusieurs reprises à l’état chilien de ne plus appliquer la Loi Antiterroriste contre les membres des communautés revendiquant leurs terres.

Le peuple Mapuche préserve et développe son mode de vie dans la région de l’Araucanie, territoire qui intéresse principalement les entreprises multinationales forestières et hydroélectriques à des fins économiques. La criminalisation des autochtones légitimise non seulement leur expulsion des terres et une appropriation de ces dernières par les multinationales, mais également l’image du Mapuche « terroriste » au sein de la société chilienne.

Lors de son dernier mandat, Mme Michelle Bachelet, ancienne Présidente du Chili, avait promis de ne jamais appliquer la Loi Antiterroriste au peuple Mapuche. Cet engagement n’a pas été tenu. Les faits le démontrent. Un exemple en est l’ « Operación Huracán » . En septembre 2017, huit dirigeants mapuches ont été arrêtés suite à des preuves falsifiées par la police et les services d’intelligence. C’est en février 2018 que le procureur Luis Arroyo a découvert le coup monté des « Carabineros » prouvant un flagrant abus de pouvoir qui visait, une nouvelle fois, à criminaliser le peuple mapuche.

Aujourd’hui, lors du mandat de Sebastián Piñera, président actuel du Chili, l’application de la Loi Antiterroriste perdure et la criminalisation du peuple Mapuche également. En effet, le « Comando Jungla », issue d’une partie des forces armées chiliennes, crée par son gouvernement (nom utilisé pour les « terreurs du narcotrafic colombien ») a reçu un entrainement spécial incluant des techniques de persécution terrestre en Colombie et aux Etats Unis, afin d’utiliser ces techniques paramilitaires de combats contre le peuple Mapuche en Araucanie, territoire de plus en plus militarisé.

Nous alertons aujourd’hui la presse, les médias et toutes les institutions sur cette situation inquiétante à laquelle le peuple Mapuche est soumis sans réel soutien.

30 août 2018

CONTACT 

Nouvelles Générations Chili

Esteban Muñoz +41 (0)76 214 87 07

Elena Rusca +41 (0)79 895 48 83

Rue des Savoises 15, Genève, GE 1205, Suisse

E-Mail: generations.chili@gmail.com

ANNEXES

  1. Report of the Special Rapporteur on the rights of indigenous _ 2018
  2. Secours Rouge – Chili : Huit dirigeants mapuches arrêtés et suspectés pour des attaques incendiaires
  3. RFI – Incendies: la police chilienne aurait falsifié des preuves contre les Mapuches
  4. Mandatos del Grupo de Trabajo sobre la Detención Arbitraria; de la Relatora Especial sobre los derechos de los pueblos indígenas; y de la Relatora Especial sobre la promoción y la protección de los derechos humanos y las libertades fundamentales en la lucha contra el terrorismo_2017

 

Derechos del pueblo Mapuche en Chile ultrajados

Comunicado de Nouvelles Générations Chili – GINEBRA

El martes 28 de agosto se emitió el informe preliminar anual de la relatora especial sobre los derechos de los pueblos autóctonos. Este mismo se presentará el miércoles 19 de septiembre 2018 en el 39 Consejo de los Derechos Humanos en Naciones Unidas, Palais des Nations, 1211 Ginebra. La autora, Victoria Tauli-Corpuz, trata la temática de la criminalización de los pueblos autóctonos y en particular del pueblo Mapuche que vive al sur de Chile y Argentina.
Este informe nos muestra, al párrafo 46, la represión del Estado chileno contra del pueblo Mapuche a través de una campaña de criminalización, con la aplicación de la Ley Antiterrorista 18.314, ley que recordamos sanciona los actos terroristas y la colaboración con este tipo de actividad. Más, esta ley en Chile permite una encarcelación preventiva de hasta dos años, la utilización de testigos a cara cubierta y la restricción de medidas de protección. Además, varios organismos internacionales y regionales demandaron varias veces al Estado chileno la no aplicación de la Ley Antiterrorista contra los miembros de las comunidades que revindican sus tierras.
El pueblo Mapuche preserva y desarrolla su modo de vida en la región de la Araucanía, territorio que interesa principalmente las multinacionales forestales e hidroeléctricas con fines económicos. La criminalización de los autóctonos legitima no solamente su expulsion del territorio y una apropiación de este por las multinacionales, pero además genera la imagen del Mapuche « terrorista » dentro de la sociedad chilena.
En su último mandato, Michelle Bachelet, precedente presidenta de Chile, prometió no aplicar la Ley Antiterrorista al pueblo Mapuche. Esta premisa no fue mantenida. Los hechos lo muestran. Un ejemplo es la « Operación Huracán ». En septiembre de 2017, ocho dirigentes mapuches fueron encarcelados con pruebas falsificadas por la policía y el servicio de inteligencia. En febrero de 2018 el fiscal Luis Arroyo descubre el montaje de Carabineros demostrando el flagrante abuso de poder que continúa, una vez más, criminalizando al pueblo Mapuche.
Hoy día, en el mandato de Sebastián Piñera, actual presidente de Chile, la aplicación de la Ley Antiterrorista sigue y la criminalización del pueblo Mapuche igualmente. En este sentido, el « Comando Jungla » (nombre utilizado para los « terrores del narcotráfico colombiano »), creado a través de una parte de las fuerzas armadas chilenas por decisión del gobierno ha recibido un entrenamiento especial incluyendo técnicas de persecución terrestre en Colombia y Estados Unidos, a fin de utilizar estas técnicas paramilitares de combate contra el pueblo Mapuche en la Araucanía, territorio cada vez más militarizado.

Alertamos hoy día a la prensa, los medios y todas las instituciones sobre esta situación inquietante a la que el pueblo Mapuche está sometido sin real ayuda.

30 agosto de 2018

CONTACTO:
Nouvelles Générations Chili
Elena Rusca +41 (0)79 895 48 83
Esteban Muñoz +41 (0)76 214 87 07
Rue des Savoises 15, Genève, GE 1205, Suisse
E-Mail: generations.chili@gmail.com

Chili : gigantesques incendies forestiers, crimes d’entreprises et impunité

Collage-Chile-apaisado

Dans la zone centre sud du Chili, de gigantesques incendies forestiers s’étendent peu à peu et secouent périodiquement le pays. Ces incendies sont liés aux plantations industrielles d’essences exotiques de pins et d’eucalyptus. Le plus récent feu est survenu durant l’été de 2017 et au début de février, presque 600 000 hectares avaient été dévastés dans certaines zones de la région d’O’Higgins, dans l’ensemble du Maule et une bonne partie du Biobío. La plupart de ces incendies avaient été déclenchés de manière intentionnelle dans les plantations avec un bilan de 11 décès, 1 551 propriétés brûlées, 6 162 sinistrés et des pertes économiques et matérielles considérables en plus de graves dommages environnementaux. (1)

Trois thèses ont été avancées dans la discussion publique sur les causes de ces incendies. La première concerne le soi-disant réseau international de corruption qui tirerait profit des grands incendies (2). La deuxième constitue un facteur qui n’a pas été inclus parmi les mobiles, même si les institutions publiques en sont conscientes : les invasions d’insectes incontrôlées dans les plantations forestières avant les feux (3). La troisième, mise de l’avant par certains groupes d’extrême-droite, concerne des actes de « terrorisme mapuche. » Ces groupes ont lancé une campagne de fausses nouvelles (4) qui cherche à détourner la responsabilité des entreprises de plantations et accuse les communautés autochtones mapuches même si cette fois-ci les incendies ont eu lieu dans des zones où celles-ci n’ont presqu’aucune présence.

Diverses organisations estiment que l’on est en présence d’une action orchestrée avec des intentions évidentes. La majorité des zones touchées par les incendies étaient en grande partie des monocultures de pins et d’eucalyptus touchées par des épidémies d’insectes. (5) Certaines de ces épidémies étaient totalement incontrôlées et ont continué d’augmenter dans l’ensemble du centre du Chili, notamment la soi-disant « avispa taladradora » (Sirex noctilio, guêpe perce-bois). (6) L’alerte sonne depuis 2012 (7), dans le cadre des foyers d’incendie durant la saison estivale. Cette année-là, les feux ont détruit 60 000 hectares et tué sept gardes forestiers. (8) Un certain groupe de politiciens ont alors voulu inculper les « mouvements mapuches » au moyen d’une campagne dans les médias, et même en appliquant la Loi antiterroriste contre des communautés autochtones mapuches. C’est ainsi que l’on instrumentalise les conflits historiques latents avec les communautés mapuches causés par l’accaparement de terres par les entreprises forestières, ce qui entraîne une sérieuse vague de racisme, d’intolérance et de xénophobie, laquelle a fait l’objet d’une enquête journalistique et de la publication d’un livre en 2014. (9)

Lire la suite Chili : gigantesques incendies forestiers, crimes d’entreprises et impunité

Aucán Huilcáman: Conférence sur le droit international et l’autogouvernement mapuche

En déplacement pour participer au Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones, Aucán Huilcáman chargé international du Conseil des toutes les terres s’est réuni avec la communauté chilienne de Genève pour présenter son dernier livre et dialoguer autour des revendications d’autonomie du peuple mapuche.

Colonialisme, responsabilités internationales et autodétermination mapuche          

« A mon voisin le Pape François. Génocide et occupation territoriale en Araucanie, Neuquén, Río Negro et El Chubut » (1) retrace l’histoire complexe et douloureuse de la colonisation du peuple Mapuche suite aux campagnes militaires de la « Pacification » au Chili et la « Conquête du désert » en Argentine. Sorti à l’occasion de la venue du Pape au Chili en janvier, il a notamment abordé la participation de l’église catholique dans le génocide et les violations des droits humains des communautés mapuches à l’époque de la formation des états-nations. En 1881, l’église catholique a collaboré à la traite d’enfants mapuches, notamment en les déportant du Chili vers l’Argentine afin d’être vendus à des familles de Buenos Aires.

Par ailleurs, il est aussi intervenu sur l’accord entre la Confédération Helvétique et le Chili. En effet, des centaines d’émigrés suisses se sont installés dans la région de l’Araucanie accompagnés d’un contingent militaire à l’occasion de l’expansion territoriale des colons chiliens dans le Sud. La Suisse porte donc une co-responsabilité dans le pillage des terres mapuches, tout comme les principaux responsables le Chili et l’Argentine. En somme, il y a matière à porter plainte et réclamer réparation pour les torts subis devant des instances internationales, d’où la nécessité de mettre en place une commission d’éclaircissement historique de l’Araucanie (2). Le but étant d’une part que les mapuches connaissent leur propre histoire et d’autre part pousser le Chili (3) et d’autres états à reconnaitre la dette historique qu’ils ont envers le peuple Mapuche. Car tous ces faits historiques d’annihilation du peuple mapuche peuvent être qualifiés de crimes contre l’humanité.

Aucán Huilcáman a également évoqué l’importance centrale de l’autodétermination et le rôle de l’autogouvernement mapuche (4) comme chemin d’émancipation des peuples. Pour le rendre effectif, cinq conditions préalables sont nécessaires : a. La volonté de le mettre en place ; b. Avoir un contingent avec les capacités de gouvernants ; c. Avoir des statuts ; d. Avoir un système de gouvernement (ancien, moderne ou un mixte des deux) ; e. Avoir un système économique. Cependant, il souligne le manque de conditions objectives après 200 ans de colonialisme et de « domestication » des mapuches pour le concrétiser. La priorité est à la formation de futurs dirigeants (5) capables d’acquérir les outils pour gouverner un autogouvernement indépendant de l’état chilien.

De surcroit, selon Huilcáman, l’état fait partie du problème pas de la solution, en ce sens un état plurinational (6) à l’instar de la Bolivie ou l’Equateur ne résout pas le conflit entre l’état et les peuples autochtones. Sa proposition ne cherche donc ni à trouver un accord inscrivant l’autodétermination dans un pacte constitutionnel, ni à changer le système économique du Chili. Car cela impliquerait revenir au vieux paradigme du XXe siècle de soulèvement armé, alors qu’aujourd’hui le concept même d’état-nation est mis à mal. Ce sont le droit international et les relations multilatérales, comme instruments juridiques et diplomatiques, qui pourraient aider les mapuches à obtenir dans un avenir plus ou moins proche une reconnaissance de l’autogouvernement mapuche, par exemple auprès de l’ONU, la CIJ ou l’OEA. 

L’autogouvernement et la question de sa mise en oeuvre

Pour conclure, on constate que les mapuches luttent au quotidien pour faire respecter leurs droits les plus élémentaires, défendre leurs territoires, leur culture, leur identité, leur mode de vie. Malgré le rôle coercitif de l’état et son refus de dialogue et de solution politique, la conscience et la résistance de plusieurs communautés mapuches contre la discrimination, la criminalisation et la militarisation de leurs terres sont concrètes. Sur le plan politique, ils revendiquent une reconnaissance en tant que peuple et pays-nation mapuche.

Le débat s’est placé autour du rapport entre l’autogouvernement mapuche, le territoire et l’indépendance. Plusieurs interrogations ont surgi du public. Actuellement, dans le système économique capitaliste mondialisé, à l’heure de la main mise des sociétés transnationales sur les ressources naturelles, tous les peuples font face à la négation de leur souveraineté. Dans ce contexte, obtenir la libre détermination sans remettre en cause ce système économique semble difficile. Dans une société où prime l’individualisme, certains avancent que l’identité mapuche se construit par les gênes alors que d’autres mettent en avant l’importance de la culture, la langue ou encore la volonté commune de former une nation y compris avec les populations métissées.

Il est aussi indispensable de connaitre l’histoire pour comprendre comment les communautés autochtones s’organisent dans le présent et pour nous éclairer écouter les diverses orientations et propositions politiques formulées par le mouvement social mapuche. Quant à la conception et l’application de l’autodétermination, du comment le peuple mapuche doit s’organiser dans les communautés et au sein de la société pour créer son autogouvernement et exercer son autonomie, c’est un débat de fond qui reste ouvert.

Cecilia Toledo

14.7.2018

Notes / Web

1. « A mi vecino el papa Francisco : Genocidio y Ocupación Territorial », https://www.youtube.com/watch?v=Ybijh16z5G0

2. « Aucan Huilcamán exige compensaciones y esclarecimiento histórico en visita del Papa », https://www.biobiochile.cl/noticias/nacional/region-de-la-araucania/2018/01/15/aucan-huilcaman-exige-compensaciones-y-esclarecimiento-historico-en-visita-del-papa.shtml

3. « Aucán Huilcamán pidió a Bachelet constituir una Comisión de Esclarecimiento Histórico de La Araucanía », http://www.soychile.cl/Temuco/Sociedad/2017/01/23/442727/Aucan-Huilcaman-pidio-a-Bachelet-constituir-una-Comision-de-Esclarecimiento-Historico-de-La-Araucania.aspx

4. « Aucán Huilcamán: “Queremos formar un gobierno mapuche independiente de Chile” », http://radio.uchile.cl/2018/07/05/aucan-huilcaman-queremos-formar-un-gobierno-mapuche-independiente-de-chile/

5. « Le droit à l’autodétermination Mapuche et son processus organique », https://mapuchenl.wordpress.com/2015/11/22/le-droit-a-lautodetermination-mapuche-et-son-processus-organique/

6. « Carta de Aucan Huilcaman a integrante de mesa de dialogo », http://comunidadtemucuicui.blogspot.com/2016/07/carta-de-aucan-huilcaman-integrante-de.html 

Photos: Conférence de Aucán HUILCAMAN du 12 juillet 2018 à Genève organisé par le collectif Nouvelles Générations Chili et Aso-Kimun. 

 

 

couverture livrecouverture livre2

Ni Argentin, ni Chilien: Mapuche de B. Caro

Mapuche1-1-840x480

« Les gens de la terre » aujourd’hui sont face à face avec les intérêts des hommes qui aiment le métal, surtout si ce métal peut être transféré aux banques touchant ainsi des gros profits.

Le peuple Mapuche, sait comment prendre soin de la terre et des semences parce que depuis des millénaires, ils sont les propriétaires légitimes.

Les rivières et les forêts ont leur propre forme de communication, les hommes de la terre, intégrés dans ces sons vont créant l’amour.

Benetton en Argentine, au Chili, les entreprises forestières, des criminels, sont en train de voler leurs terres ancestrales. Mauricio Macri dit « Oui », Sebastian Piñera « Amen » , les deux armées font couler le sang mapuche.

Ni Chilien ni Argentin, simplement « gens de la terre » de la terre, unis par le « kimun » cosmovision mapuche , a la recherche d’un meilleur Wallmapu.

Les Mapuches ont souffert du mépris et de la discrimination par ceux qui prétendent être les garants de la civilisation.

Le peuple Mapuche s’insurge, aujourd’hui avec courage et joie avec l’espoir de voir l’aube de la récupération de la terre que leur appartenait.

L’infamie commise, contre les hommes de Wallmapu, doit être connue et entendue par les citoyens partout dans le monde.

La solidarité et l’empathie, deux sentiments qui doivent faire sauter en l’air, les lâches qui se réfugient derrière les gendarmes.

(Benjamin Caro Morales)

Traduit par: COMABE Bélgica.

Texte original en espagnol: ici

Solidarité avec le détenu politique mapuche Facundo Jones Huala

FACUNDO JONES HUALA 02

Le collectif NGChili – Groupe de travail pour le peuple Mapuche – Genève- Suisse adhère à cet appel de solidarité au lonko Facundo Jones Huala, détenu politique mapuche en Argentine, lancé par l’association Comabe – Comité Mapuche Belgique. Facundo Jones Huala a fait une grève de la faim de près de 20 jours pour obtenir l’autorisation de pratiquer une cérémonie spirituelle en prison. Sa santé s’est fragilisée suite à une petite tumeur aux reins, il a vomi du sang, selon les informations de sa maman María Isabel Huala publiée dans la presse. Aujourd’hui, suite aux pressions exercées par sa famille, les avocats et le monde associatif et mapuche, les autorités ont cédé à sa demande légitime. Une action du Comabe et de plusieurs associations belges a eu lieu le 23 juin 2018 devant le magasin Benneton pour dénoncer les conditions de détention des prisonniers mapuches, l’usurpation des terres des communautés et l’injustice de l’état et de la justice chilienne et argentine face aux assassinats de jeunes mapuches militants. 

Collectif NGChili

Contact: generations.chili@gmail.com

Déclaration

Marri marri kompu che, kompu lamgien FACUNDO JONES HUALA, chef politique du Mouvement Autonome Mapuche de Peul Mapu, Argentine, et Lonko (capitaine) de la communeauté Pu Lof en résistence de Cushamen, est prisonnier politique depuis plus d’un an. Sa demande de congé penitentier –pour pouvoir participer à un rituel religieux- a été refusée par la direction pénitentière d’Esquel, province du Chubut en Argentine.

Nous dénonçons ces manoeuvres juridiques. Au Chili, un conflit identique a lieu: la demande de Celestino Cordova, Machi (chef religieux) des Mapuche, a été rejetée par la prison de Temuco. La wiñoy tripantu est un moment très important dans la spiritualité des Mapuche. Le droit à l’expérience religieuse ne peut pas être nié par la justice Argentine ou Chilienne. Nous constatons aujourd’hui que la repression des Mapuche par l’état Argentin et Chilien n’est plus que politique, militaire et économique mais à la fois religieuse et culturelle.

Cependant nous sommes convaincus que la court fédérale Général Roca viole l’article 169 de l’Organisation Internationale du Travail (ILO) sur l’extermination de la discrimination raciale et a commis une infraction par ‘rapport à la déclaration des Nations Unies concernant les droits des peuples autochtones. Aujourd’hui nous sommes témoins d’une politique raciste contre la population Mapuche. La persécution politique des dirigeants Mapuche de Ngulu Mapu (Argentinie) et Wall Mapu (Chili) doit s’arrêter.

Le Chili et l’Argentine doivent respecter et exécuter les traités internationaux qu’ils ont signés. Il est connu que les deux états mènent une politique néolibérale stricte dans la région. Ceci explique l’appui que donne l’état Argentin à la multinationale Benetton, le plus grand propriétaire étranger de terres en Argentine, qui s’est approprié de territoires du peuple Mapuche. Ça explique également l’appui du gouvernement Chilien à des entreprises forestières et centrales hydro-électriques, qui perturbent l’équilibre écologique dans les territoires des Mapuche.

Nous faisons appel aux organismes internationaux pour qu’ils endossent nos demandes justifiées!

Liberté pour Lonko Facundo Jones Huala

Liberté pour Machi Celestino Cordoba

Justice pour les militants assassinés Rafael Nahuel, Santiago Maldonado, Matias Catrileo, Macarena Valdez et beaucoup d’autres disparus.

“amulepe taiñ weichan”, à la victoire “marrichi weu”, nous vaincrons.

Vidéo de l’action du 23 juin sur youtube:

Nahel et Maldonado