Quelques repères sur le mouvement populaire chilien (1912-1973)

20130926_allende

On retient souvent que l’Unité populaire fut le début d’une transition au socialisme dans le cadre institutionnel bourgeois. Cette vision synthétique et partielle ne permet pas de comprendre la formation de toutes les initiatives populaires qui se sont développées dans cette période. L’Unité populaire n’a pas juste été une victoire aux élections présidentielles, ça a été l’aboutissement de nombreuses années d’organisation de la classe ouvrière, d’accumulation des forces sociales et de convergence de plusieurs secteurs politiques. C’est un processus qui est né au début du 20e siècle dans le but de construire un mouvement ouvrier et populaire indépendant idéologiquement et politiquement de la bourgeoisie.

1912

Le Parti ouvrier socialiste est fondé dans le nord du Chili par Luis Emilio Recabarren, figure emblématique du mouvement ouvrier, et des dizaines d’ouvriers des mines et d’employés. En rupture avec le Parti démocrate et sa direction centrale, de plus en plus subordonné aux partis bourgeois, ces militants ont appelé les travailleurs à s’unir aux idéaux du socialisme. Plusieurs initiatives similaires se sont déroulées les deux décennies précédentes sans réussir à se consolider mais indéniablement elles ont fait mûrir les idées socialistes. Avec 22 sections et 200 militants au cours de la première année, les activités du POS vont croître durant la décennie.

1922

Dans le contexte de fin de la Première guerre mondiale et de la Révolution d’Octobre, le POS change de nom et adhère à l’Internationale Communiste. Fait rare, la transformation se fait pratiquement sans rupture au sein du POS. C’est un facteur explicatif de l’enracinement et de l’influence du Parti communiste du Chili dans la classe ouvrière.

1932

La République socialiste du Chili est proclamée le 4 juin suite au soulèvement de soldats de l’armée et la prise du palais présidentiel, dans le contexte de crise économique mondiale et de mécontentement de la population. Sceptique, le Parti communiste appelle les travailleurs à s’organiser en milice et exhorte le nouveau gouvernement à baisser le temps de travail, augmenter les salaires et d’autres revendications.

La République ne survivra que 12 jours, un groupe d’officiers ayant mis en arrêt les leaders de la rébellion. Le président resta en place pendant 3 mois de plus. En octobre, des élections présidentielles sont organisées.

La République dicta un décret-loi autorisant la réquisition, l’intervention et l’expropriation d’entreprises si elles ne respectaient pas certaines conditions, par exemple les lois de contrôle de prix, la spéculation ou le stockage de marchandises. Ce décret-loi fut appliqué par le gouvernement de l’Unité populaire en 1970-1973.

1933

Le Parti socialiste du Chili fut fondé par des membres du gouvernement opérant durant les 12 jours de la République socialiste, notamment Oscar Schnaké (secrétaire général du gouvernement) et Marmaduque Grove (ministre de la Défense) et plusieurs groupements socialistes qui se sont unifiés. Sa déclaration de principe se base sur le marxisme, le socialisme scientifique et l’internationalisme.

1938

Election du candidat présidentiel du Front populaire réunissant des radicaux, des communistes, des socialistes, des démocrates et d’autres secteurs comme les syndicats et les organisations mapuches. Le président Pedro Aguirre Cerda est radical, Salvador Allende devient ministre de la Santé. Industrialisation, protection des ouvriers et éducation figuraient principalement dans le programme. Le front populaire se dissout en 1941, la coalition se poursuit sous le nom d’Alliance démocratique et continue à gouverner le pays.

1948

Deux ans après son élection, le président radical Gabriel Gonzalez Videla impulse la Loi de Défense Permanente de la Démocratie qui a abouti à l’interdiction du Parti communiste, dans le contexte de guerre froide et de l’effervescence du mouvement syndical. Les élus du PC, devenu la troisième force politique lors des élections municipales de 1947, furent destitués y compris du gouvernement, avec le soutien d’un secteur des radicaux et des socialistes. C’est l’exil pour les communistes, notamment de Pablo Neruda qui se réfugia en Europe. La loi est abrogée en 1958.

1964

Le candidat du Parti démocrate-chrétien est élu président avec une majorité absolue grâce au soutien de la droite. La campagne de Eduardo Frei fut financée à 50% par la CIA afin d’éviter l’accession au pouvoir de Salvador Allende qui a obtenu 38,92% des suffrages lors de cette élection. Ce fut l’occasion pour la Démocratie chrétienne d’appliquer son programme de troisième voie, ni capitalisme ni socialisme. Les investissements publics dans l’industrie minière furent augmentés et une loi de réforme agraire fut votée.

1965

Le Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) est fondé dans le contexte révolutionnaire latino- américain qui a vu la victoire de la Révolution cubaine en 1959 et la création de guérillas dans le continent. A sa création, le MIR s’affirme marxiste-léniniste et prône la voie armée pour instaurer le socialisme.

1970

La politique d’unité et de convergence des forces populaires réunit le Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti social-démocrate, le MAPU (chrétiens de gauche) et l’Action populaire indépendante. L’Unité Populaire est soutenue par les centrales syndicales. Salvador Allende atteint la première majorité relative lors du scrutin présidentiel avec 36,3% des suffrages, devant le candidat de la coalition de droite et devant le candidat démocrate-chrétien.

Dans les premières années, l’Unité populaire jouit d’un cadre institutionnel relativement stable. La Démocratie chrétienne a ratifié l’élection de Salvador Allende au Parlement le 26 octobre 1970.

1971

En avril 1971, l’UP obtient 51% des suffrages lors des élections municipales, ce qui conforte le processus de transition vers le socialisme. En juillet 1971, le Parlement approuve à l’unanimité la nationalisation du cuivre. Tout au long du processus, le gouvernement de Salvador Allende fut soutenu par des manifestations massives jamais vues auparavant.

1972

Au cours de l’année 1972, les résultats économiques deviennent une préoccupation pour le gouvernement, le Chili subit le blocus imposé par les Etats-Unis. L’opposition s’unifie et inclue les démocrate-chrétien et le Parti national. Soutenus par le gouvernement étasunien et l’opposition, les transporteurs paralysent le pays pendant près de trois semaines. La crise est dépassée grâce aux initiatives populaires pour coordonner les activités industrielles et l’approvisionnement de la population ainsi que l’entrée des militaires dans le gouvernement.

1973

Lors des élections législatives de mars 1973, l’opposition n’atteint pas les 2/3 des sièges au Congrès et échoue dans sa tentative d’accusation constitutionnelle du président Allende. La bourgeoisie poursuit ses tentatives de déstabilisation et confirme sa volonté de renverser le gouvernement populaire. Le 11 septembre, les forces armées bombardent le palais présidentiel. Salvador Allende résiste et meurt dans le palais en feu.

La junte militaire dirigée par le général Pinochet instaure une dictature qui durera 17 ans et mettra en place un nouveau modèle économique et politique.

Ecrit par E.Munoz pour le dossier politique d’octobre 2013

Dossier politique Chili – oct 2013

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s