Michelle Bachelet et le peuple mapuche du Chili

bachelet plan araucania

La nouvelle haut-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, vient d’un pays meurtri par les crimes de la dictature du général Pinochet. Dans un climat d’impunité qui protège toujours les agents de la dictature, le Chili de la transition démocratique se confronte à un nouvel enjeu en matière de droits humains: le respect des droits des peuples autochtones.

Le peuple mapuche représente environ 10% de la population du pays et subit toujours les conséquences sociales et économiques de la spoliation territoriale dont il fut victime lors de l’occupation au XIXe siècle. Au début des années 90, les communautés mapuche ont commencé un processus de reconstruction identitaire et ont mené des actions de récupération de leur territoire ancestral, en confrontation directe avec les projets hydroélectriques et l’industrie forestière. Les gouvernements successifs ont répondu par la répression, notamment en appliquant la loi antiterroriste, héritée de la junte militaire.

«Nous n’avons pas besoin de la loi antiterroriste», manifestait pourtant Michelle Bachelet, candidate à un deuxième mandat présidentiel en 2013. Mais son gouvernement l’invoqua contre huit dirigeants mapuche en septembre 2017, à partir d’un montage des services de renseignements. Ceux-ci fabriquèrent de fausses preuves sur un supposé trafic d’armes entre le Chili et l’Argentine. Le scandale éclata suite à l’enquête des propres bureaux du procureur. Il n’y a toujours pas de procédure pour établir les responsabilités politiques dans cette affaire.

La rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz, a présenté son rapport annuel cette semaine, une étude thématique sur les agressions contre les activistes autochtones. Elle mentionne notamment que «selon certaines sources, des juges et des procureurs se sont faits complices d’un usage abusif des dispositions pénales en acceptant de faux témoignages, en délivrant des mandats sans preuves suffisantes, en tolérant que des poursuites infondées suivent leur cours et en interprétant de façon erronée la loi pour engager des poursuites contre des défenseurs autochtones». Elle souligne la préoccupation de la Cour interaméricaine des droits de l’homme dans le cas du peuple mapuche.

La criminalisation des demandes des autochtones est une problématique mondiale qui engage la responsabilité des États. La solution passe nécessairement par la recherche de chemins politiques qui impliquent tous les acteurs du conflit, y compris les secteurs injustement ostracisés. Néanmoins, les projets d’investissement des sociétés transnationales restent systématiquement le fond du problème. Entre-temps, la haut-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, devrait donner tous les moyens possibles pour assurer la protection des dirigeants autochtones qui luttent pour défendre leurs droits légitimes. Sans oublier que le Chili ne fait pas exception dans ce phénomène préoccupant d’agressions, en l’occurrence contre le peuple mapuche.

Esteban MUNOZ, Collectif Nouvelles Générations Chili

Texte publié par la Tribune du Genève, rubrique invité le 23 septembre 2018.

Source: (TDG)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s